Couple et Sexualité

Le couple et l’infidélité

Madeleine Gérardin

La découverte d’une infidélité dans le couple ouvre une période de crise et de redéfinition de chacun dans le couple. Que signifie cette relation infidèle pour lui ? Pour elle ? Pourquoi à ce moment précis de leur vie de couple ? Quelles conséquences sur l’avenir de leur relation ? Il existe des éléments de réponse qui peuvent aider le couple dans la compréhension de ce qu’ils sont en train de vivre et leur permettre d’y voir plus clair.

Quelle place pour l’infidélité dans notre société ?

Si on en croit les deux grandes enquêtes épidémiologiques françaises réalisées par l’INSERM, en 2006, 1,7 % des femmes et 3,6% des hommes déclarent avoir eu un autre partenaire sexuel que leur conjoint au cours des 12 derniers mois(1). En 1992 c’était 3% des femmes et 6% des hommes(2). Ces données sont certainement sous estimées car on ne va pas crier sur les toits sa relation adultère, mais on a quand même l’impression que l’infidélité ne s’est pas banalisée et semble plutôt être un phénomène en recul ces dernières années.

Quelle importance est donnée à la fidélité dans le couple dit « moderne » ?

Si l’on se penche sur les enquêtes européennes, en 2008, en France, la fidélité est considérée comme le premier facteur de réussite du couple. Elle est tenue pour très importante pour contribuer au succès d’un mariage par 84% des personnes interrogées alors qu’ils n’étaient que 72% à le penser en 1981 (3).

Aujourd’hui c’est l’union amoureuse qui prime dans la constitution des couples mais tout le monde sait que malheureusement la passion amoureuse ne dure souvent qu’un temps ! Le divorce est donc inscrit de fait dans le mariage amoureux (4). D’autre part, on se quitte plus rapidement et plus facilement qu’avant, en 2010 on comptait 240 000 nouveaux mariages pour 120 000 divorces (5).

Les différents du couple mènent très vite à une séparation et on est en droit de se demander si cette fragilité du couple ne rend pas la fidélité plus importante qu’auparavant et l’infidélité plus menaçante pour le couple, d’où l’augmentation des consultations de couple pour infidélité.

Une infidélité, des infidélités

Ce que l’on sait aujourd’hui c’est qu’il n’y a pas une mais des infidélités. L’infidélité serait donc plurielle, c’est à dire, avec des modus operandi et des caractéristiques qui permettent de différencier plusieurs catégories d’infidélité, avec des niveaux différents de répercussion sur le couple, c’est ce que révèle une enquête sociologique publiée en 20106 par Charlotte Le Van (6).

Cette sociologue a mené une enquête auprès de 50 personnes (31 femmes et 19 hommes), âgés de 19 à 67 ans, vivant ou ayant vécu en couple hétérosexuel, ayant ou ayant eu des relations sexuelles extra conjugales avec un(e) partenaire à l’insu et contre le grès de leur conjoint(e). Il s’agit de couples stables, cohabitant, formés depuis plus d’un an, mariés, pacsés ou en union libre.

Différentes tranches d’âge, milieux sociaux et catégories professionnelles sont représentés dans la population de cette enquête qui a duré près de deux ans.

Les résultats permettent de distinguer deux grandes catégories d’infidélité avec pour chacune d’entre elle différentes sous catégories. On distingue d’une part l’infidélité « relationnelle » et d’autre part l’infidélité « personnelle ». Ce qui les différencie, d’après cette enquête, c’est l’origine de l’infidélité.

Dans le premier cas il s’agit d’une problématique du couple lui même et dans le deuxième cas il s’agit de l’individu. Quelques explications sont nécessaires pour une meilleure compréhension.

Dans l’infidélité relationnelle, deux possibilités :

Premier cas de figure : l’infidèle va chercher à l’extérieur du couple ce qui lui manque ou ce qui est source d’insatisfaction ou de frustration pour lui ou elle, dans son couple,

Deuxième cas de figure : l’infidélité est instrumentalisée c’est à dire que l’infidélité va servir à se venger, à faire partir l’autre quand ce dernier refuse la rupture ou encore à échapper à sa condition sociale.

Dans ces deux cas de figure, l’infidélité trouve donc sa source dans une problématique du couple. La compréhension du pourquoi de ce type d’infidélité se trouve dans le fonctionnement voire, les dysfonctionnements du couple.

Comment prendre en charge, pour quel résultat?

Les conséquences pour le couple de ce type d’infidélité sont différentes en fonction du motif et de l’implication de l’infidèle dans la relation extra conjugale.

L’éventail des possibilités est large, depuis le simple « faux pas », c’est à dire l’aventure sans lendemain, non préméditée, à l’occasion d’une manifestation un peu festive, souvent alcoolisée, au cours de laquelle le ou la protagoniste se laisse aller et saisi l’opportunité de vivre autre chose, jusqu’à la relation amoureuse qui s’installe, qui dure et qui peut mener soit à une double vie (les exemples illustres sont nombreux) soit à la fin du couple officiel avec constitution d’un nouveau couple plus « épanouissant ».

La prise en charge du problème reposera quand cela est encore possible, sur une thérapie de couple ayant pour objectif l’identification et la remise en cause des manques ou des dysfonctionnements du couple, ce qui passe par l’expression des attentes des deux partenaires et la recherche des possibilités de réponse que peut y apporter le couple. En effet le couple se conçoit aujourd’hui comme une source de développement et d’épanouissement personnel pour les deux membres du couple (7).

Dans la deuxième grande catégorie d’infidélité dite « personnelle » ce n’est plus un dysfonctionnement du couple qui est en cause, c’est la trajectoire personnelle de l’individu, c’est à dire son histoire qui est à l’origine de l’infidélité.

On retrouve dans cette catégorie un cas de figure qui est assez fréquent aujourd’hui, il s’agit de couple relativement jeunes, environ 20 ou 25 ans, qui se sont unis très tôt, sans avoir connu d’autres partenaires et qui ont besoin de se rassurer en ayant une autre aventure amoureuse ou sexuelle sans pour autant remettre en cause leur couple actuel. Pour les femmes il s’agit le plus souvent de se conforter en s’assurant qu’elles font le bon choix, pour les hommes c’est plutôt la recherche d’une autre expérience sexuelle qui prime6.

On retrouve également dans cette catégorie d’infidélité « personnelle » des trajectoires de vie plus complexe, avec une enfance malheureuse (manque d’un foyer chaleureux, uni), d’une adolescence difficile, de débuts sexuels précoces, décevant, voire traumatisants et peu investis sentimentalement6. Ces personnes sont parfois dans l’excès, avec des difficultés pour se conformer aux règles et aux limites. Ils ou elles, mais le plus souvent il s’agit d’hommes, sont dans l’incapacité à vivre durablement une relation sexuelle exclusive. Leur vie est faite d’une succession de relations de couple de courte durée et peu investies sentimentalement.

Dans ce cas de figure la prise en charge, indépendamment du soutien à apporter au couple en difficulté, repose essentiellement sur une thérapie individuelle.

En conclusion, il semble donc évident que dans la thérapie d’un couple consultant à cause d’une relation extra conjugale le premier temps sera l’exploration du mode de fonctionnement du couple et des trajectoires personnelles afin de faire émerger le type d’infidélité, le ou les motifs et l’engagement affectif dans la relation extra conjugale du protagoniste de manière à pouvoir éclairer le plus efficacement possible ce couple en détresse.

Pour aller plus loin:

  1. 1- Nathalie Bajos et Michel Bozon Enquête sur la sexualité en France 2008
  2. 2- Alfred Spira, Nathalie Bajos Enquête ACSF 1993
  3. 3- EVS : European value survey) 4 vagues 1981, 1990, 1999 et 2008 (3071 personnes interrogées)
  4. 4- François de Singly : l’amour coupable 1992
  5. 5- Site du Ministère de la justice, justice civile, Évolution statistique des mariages et des divorces 17 février 2012
  6. 6- Charlotte Le Van : Les quatre visages de l’infidélité en France Payot 2010
  7. 7- François de Singly : Le soi, le couple et la famille Ed Nathan 1996

Vos questions

Nos réponses


Vous avez une question ?
Nos professionnels vous répondent sur le forum
> Acceder à notre forum

Foire aux questions
> Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la sexualité…

> Les réponses à vos questions posées le 14 novembre 2014.

On en parle !

Du nouveau dans les problèmes d’érection !

Les hommes saluent la naissance d’un nouveau médicament de la dysfonction érectile. Le VITAROS, premier traitement topique pour lutter contre les difficulté d’érection vient de faire son entrée en France.

On en parle !
Nos Publications
Sexologie Magazine Revue scientifique et référencée des professionnels de santé.
Sexualités Humaines - Revue de sexologie des professionnels de santé Revue de sexologie des professionnels de santé
> Santé Sexuelle au masculin
> Santé Sexuelle au féminin
> Le couple et la sexualité
> L'amour toujours, la sexualité des ainés
FF3S Qui sommes nous ?
On en parle !
Question/Réponses


©2011 Fédération Française de Sexologie et de Santé Sexuelle | Mentions Légales | Liens utiles | Plan du site | Contact | Média et presse