Couple et Sexualité

L’incompatibilité entre hommes et femmes

Marie Hélène colson

En informatique, comme en médecine ou en amour, sont incompatibles des systèmes qui ne peuvent interagir entre eux.

En Médecine, l’incompatibilité la plus vulgarisée est certainement celle des systèmes sanguins. La pratique des transfusions sanguines remonte à l’antiquité, et les accidents en étaient bien connus. Pour exemple, à la suite des expériences de deux chirurgiens parisiens, Denis et Emmerez, qui avaient transfusé en 1667, et avec succès, deux animaux entre eux, de nombreuses, et catastrophiques, expériences s’ensuivirent, qui durent être sanctionnées par un arrêt rendu par le parlement de Paris en 1668, et visant à les réglementer.

Ce n’est cependant qu’en 1900, qu’un biologiste autrichien vivant aux USA, Karl Landsteiner, découvre l’origine de ces accidents, par la mise en évidence de différences dans le sang humain. Il identifiera par la suite trois groupes sanguins incompatibles entre eux, ce qui lui vaudra un prix Nobel en 1930. Plus tard, en 1940, il découvre avec Wiener une nouvelle incompatibilité, qu’ils dénommeront ensemble « Rhésus » du nom du singe macaque ayant servi à l’expérimentation. En 1941, un de leur élève, Philip Levine, explique, grâce à cette découverte la maladie hémolytique du nouveau-né (incompatibilité gravissime entre le fœtus et la mère).

Les années qui suivent montreront l’extrême complexité des systèmes d’incompatibilité entre tissus humains. On dénombre à ce jour 270 antigènes érythrocytaires répartis en 29 systèmes de groupes sanguins. Et les conséquences autrefois mortelles des incompatibilités sanguines, aujourd’hui mieux connues, sont évitées grâce à un dépistage systématique et à une prévention efficace, en particulier dans les transfusions sanguines et surtout chez les mères Rhésus négatif enceintes d’un enfant Rhésus positif.

Dans le domaine des incompatibilités entre d’autres tissus humains, ce sont les travaux du français Jean Dausset, qui dès 1952, avec la découverte du système HLA, ont ouvert la voie aux premiers immunosuppresseurs, médicaments permettant ainsi de lutter contre les incompatibilités entre tissus dans les greffes d’organe. Il obtiendra lui aussi un prix Nobel en 1980, pour cette nouvelle étape décisive de l’histoire de la Médecine.

En règle générale, les systèmes incompatibles entre eux s’évitent, et ne cherchent pas à s’apparier. Par exemple, des espèces différentes du règne animal ou végétal ne se croisent jamais spontanément entre elles. Seule la volonté humaine peut modifier cette règle de base, par exemple par la recombinaison de gènes entre eux, comme dans le génie génétique, qui a donné naissance, par exemple, aux OGM (organismes génétiquement modifiés).

De la même manière, il n’est pas rare que des individus différents dans leurs attentes, leurs besoins, leurs caractères, cherchent malgré tout à faire un couple. La volonté humaine s’éloigne assez souvent des lois de la nature et peut souhaiter lui substituer des règles qui lui sont propres, comme le désir de coexistence de systèmes apparemment incompatibles entre eux. John Milton, en 1644, dans son livre célèbre, « La doctrine et la discipline du divorce », définit un mariage heureux par une humeur assortie. Et la loi de 1792 sur le divorce, reconnaît dans ses modalités, le divorce pour incompatibilité d’humeur, ce qui n’est plus le cas dans la législation moderne. De nombreuses mésententes conjugales et sexuelles prennent naissance à partir d’incompatibilités de caractère et d’humeur. Plus prés de nous, en 1962, Masters et Johnson, qui ont été à l’origine de la Sexologie moderne, disaient qu’il n’y a pas de difficultés sexuelles sans mésentente conjugale. Et, force est de constater qu’un grand nombre de troubles du désir chez la femme ou de difficultés d’érection chez l’homme sont liées à des incompatibilités sexuelles ou relationnelles que l’on ne s’avoue pas.

Les différences entre individus ne signent cependant pas toutes des incompatibilités, mais peuvent le devenir à la longue. Les incompatibilités entre membres d’un même couple peuvent porter sur des goûts, des caractères différents, des systèmes de valeur, ou des projets de vie contraires, et il arrivera quelquefois que le couple perdure dans un effort permanent de communication et de dialogue, par le jeu de concessions mutuelles. Il sera beaucoup plus difficile de remédier à une incompatibilité plus intime, comme une odeur, ou un grain de peau que l’on ne supporte pas.

Vos questions

Nos réponses


Vous avez une question ?
Nos professionnels vous répondent sur le forum
> Acceder à notre forum

Foire aux questions
> Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la sexualité…

> Les réponses à vos questions posées le 14 novembre 2014.

On en parle !

Le Sida continue à tuer les homosexuels

Les résultats de la grande enquête épidémiologique menée auprès de 5574 hommes âgés de 17 à 59 ans, et dont les premières données datent de 1988 à 199

On en parle !
Nos Publications
Sexologie Magazine Revue scientifique et référencée des professionnels de santé.
Sexualités Humaines - Revue de sexologie des professionnels de santé Revue de sexologie des professionnels de santé
> Santé Sexuelle au masculin
> Santé Sexuelle au féminin
> Le couple et la sexualité
> L'amour toujours, la sexualité des ainés
FF3S Qui sommes nous ?
On en parle !
Question/Réponses


©2011 Fédération Française de Sexologie et de Santé Sexuelle | Mentions Légales | Liens utiles | Plan du site | Contact | Média et presse