Couple et Sexualité

Conseil conjugal

Marie hélène Colson

Le couple n’est pas une expérience toujours très facile, et de tous temps, les hommes et les femmes ont eu recours à des médiateurs pour les aider à en traverser les périodes difficile ou les crises. Le conseil conjugal s’est donc toujours pratiqué dans les Sociétés humaines, de manière plus ou moins formalisée. La plupart du temps, le conseiller était le chef religieux de la communauté, ou un parent âgé investi d’un rôle d’autorité au sein de la famille, ou bien encore un notable laïc, comme le chef du village. Ce type de conseil conjugal perdure encore aujourd’hui de manière toujours informelle, mais avec une importance toujours marquée entre membres d’une même communauté religieuse pratiquante, qu’elle soit chrétienne, juive, ou musulmane.

Très récemment cependant, une forme laïque et institutionnalisée de conseil conjugal, s’est développée.

Au début du XX° siècle , en 1908, Franck Parsons ouvre à Boston l’un des premiers centres de « Counseling », destiné au soutien individuel de personnes en difficultés. En 1942, dans son livre"Counseling and Psychotherapy", Carl Rogers jette les bases d’une approche nouvelle, destinée à des sujets qui ne souffrent pas de maladie mentale, mais qui souhaitent une aide pour résoudre un problème qui se pose à eux. Le positionnement du conseiller est donc radicalement différent de celui du prêtre, de l’iman, du rabbin, ou même d’un membre de la famille, puisqu’il ne doit en aucune cas juger, ni prendre parti, ni même chercher à influer sur la décision à prendre. Son rôle est d’aider ses patients à résoudre leurs difficultés ou à opérer eux même des choix. Rien à voir non plus avec le rôle du psychanalyste, qui reste avec son patient dans le domaine de l’introspection pure, loin de toute stratégie de résolution des problèmes.

Dans le Counseling, bien au contraire, le thérapeute aide son patient à ouvrir les yeux sur son environnement, et le guide dans la gestion d’un épisode de vie ou d’une crise à surmonter. L’idée fera son chemin, et, particulièrement bien adaptée à la vie moderne, conduira, dans le sillage des psychologues américains dissidents de la psychanalyse, à la conceptualisation des thérapies brèves, lesquelles révolutionneront la psychiatrie de la deuxième moitié du XX° siècle. La conceptualisation progressive de la pratique du Counseling lui permettra de s’enrichir de l’apport des Thérapies comportementales puis cognitives, qui aideront à la codification des prises en charge.

Le Counseling se centrera à ses débuts, sur la résolution des problèmes professionnels, aux USA, comme en France, où il fait son apparition dès 1928, sous la forme du Conseil d'orientation professionnelle. En 1957, William Howell Masters, un gynécologue, et Virginia Eshelman Johnson, une psychologue, prennent en charge des couples en difficulté dans leur sexualité. Ils publieront en 1966 leur premier livre « Human Sexual Response », et feront la couverture et la une de « Time » en 1970 lors de la publication de leur deuxième livre, « Human Sexual Inadequacy ». Ensemble, ils jetteront les bases de la sexologie moderne, dont le conseil conjugal est une composantes essentielles.

En France , la profession de conseiller conjugal a été créée par la loi de 1972 sur la contraception, et s’est donc tout d’abord naturellement exercée dans le cadre des centres de planning familial. Mais très vite, les besoins en conseil conjugal se sont affirmés en dehors du cadre de la seule planification des naissances, et ont conduit au développement de la profession et à sa réglementation.

En règle générale, le conseiller conjugal n’est pas médecin, il peut être psychologue, infirmier, ou travailleur social, et doit pouvoir justifier d’un diplôme universitaire de Sexologie, ou d’un diplôme de Conseiller Conjugal. Il est souhaitable qu’il puisse disposer d’une solide formation psychologique. Son rôle est informatif, mais il doit pouvoir aborder les questions relatives à la sexualité, aux rapports humains et aux aspects psychologiques et sociaux de la vie en commun. Son attitude doit être empreinte de neutralité et de confidentialité. Sa pratique relève de sa formation, assez souvent encore de type psychanalytique, mais de plus en plus aujourd’hui, Rogérienne (à la suite de C. Rogers), ou de type cognitivo-comportemental, c'est-à-dire centré sur la résolution des problèmes, ce qui se prête particulièrement bien au couple en difficulté, ou encore Systémique, c'est-à-dire centré sur les problèmes de communication. La particularité du Conseil Conjugal est de prendre comme patient le couple lui-même et non l’homme ou à la femme qui le composent. Le Conseiller Conjugal est souvent aujourd’hui consulté spontanément en cas de mésentente dans le couple, mais aussi, et de plus en plus, sur l’injonction d’un magistrat dans les divorces difficiles, ou à la demande d’une assistante sociale ou d’un enseignant, quand les enfants du couple sont eux aussi en difficulté, voire maltraités, et en cas de violence conjugale.

Vos questions

Nos réponses


Vous avez une question ?
Nos professionnels vous répondent sur le forum
> Acceder à notre forum

Foire aux questions
> Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la sexualité…

On en parle !

L’ONU contre le viol

Le rapport de l’ONU rendu public ce mercredi 6 juillet, met en évidence que 127 pays ne punissent toujours pas le viol au sein du couple.

On en parle !
Nos Publications
Sexologie Magazine Revue scientifique et référencée des professionnels de santé.
Sexualités Humaines - Revue de sexologie des professionnels de santé Revue de sexologie des professionnels de santé
> Santé Sexuelle au masculin
> Santé Sexuelle au féminin
> Le couple et la sexualité
> L'amour toujours, la sexualité des ainés
FF3S Qui sommes nous ?
On en parle !
Question/Réponses


©2011 Fédération Française de Sexologie et de Santé Sexuelle | Mentions Légales | Liens utiles | Plan du site | Contact | Média et presse